Accueil | Actualités | Affacturage et DSO (délai moyen de paiement)

Affacturage et DSO (délai moyen de paiement)

Qu’est-ce qu’exactement le DSO ? Comment se calcule-t-il ? Comment une entreprise peut-elle l’optimiser ? Découvrez plus d’informations sur cet indicateur financier.

Affacturage et DSO (délai moyen de paiement)
Partager :

Dans le dernier Observatoire des délais de paiement, en moyenne, les entreprises françaises ont réglé leurs factures avec 18,6 jours de retard en 2020, contre 10,9 jours en 2019.

La crise de la Covid-19 que nous avons traversé est un bon exemple : elle nous a montré à quel point les retards de paiements fournisseurs étaient un des premiers leviers actionnés dans un contexte compliqué ou incertain. Avec ce report de règlements fournisseurs, certaines sociétés vont mécaniquement voir leur DSO se dégrader. En 2020, cela a concerné près de 90% des entreprises françaises.

Cette situation peut tendre la relation entre l’entreprise et ses fournisseurs, mais également impacter négativement sa trésorerie.

Alors, qu’est-ce qu’exactement le DSO ? Comment se calcule-t-il ? Mais surtout, comment une entreprise peut-elle l’optimiser ? Nous vous proposons des éléments de réponse dans cet article.

Qu’est-ce que le DSO ?

Le DSO est l’acronyme anglais pour « Days Sales Outstanding ». En français, il se traduit par l’une de ces 2 expressions :

  • Délai Moyen de Paiement clients (DMP) ou
  • Nombre de Jours de Crédit clients (NJC).

Le DSO correspond au délai moyen de recouvrement d’une facture client, i.e. la durée (en jours de chiffres d’affaires) de recouvrement moyen d’une créance commerciale. En d’autres termes, c'est le chiffre d'affaires facturé qui n’a pas encore été payé par les clients.

Le DSO est un indicateur important pour mesurer la performance financière d’une entreprise. Il indique le délai entre l’émission d’une créance et son encaissement par l’entreprise. De plus, le DSO d’une entreprise n'est pas l’unique élément influençant son BFR. Il est aussi impacté par le délai moyen de rotation des stocks ainsi que le délai de paiement fournisseurs.

  • Plus le DSO est faible, plus l’entreprise est réglée rapidement par ses clients. Cependant, un DSO très bas peut refléter une politique de crédit très stricte, ce qui peut détériorer les relations commerciales.
  • Au contraire, plus le DSO est élevé, plus les clients tardent à régler l’entreprise. Cela peut également indiquer que l’entreprise ne dispose pas d’une gestion de ses débiteurs assez performante.

Il faut noter que le DSO varie en fonction des activités des entreprises.

Le délai de paiement accordé aux clients est en général indiqué dans les devis et/ou les conditions générales de vente. En France, la loi LME (Loi de Modernisation de l’Economie) mise en place en 2008 prévoit un délai de paiement ne pouvant dépasser 60 jours, à compter du jour de facturation. Si vous voulez en savoir plus sur cette loi, découvrez notre article sur les délais de paiement entre entreprises.

Comment calculer le DSO ?

Plusieurs formules de calcul existent pour trouver le délai moyen de paiement d’une entreprise.

La méthode comptable ou méthode standard

Cette méthode est la plus utilisée par les entreprises. Elle détermine le rapport entre l'encours financier et le chiffre d'affaires TTC de l’entreprise. Le délai moyen de paiement est ainsi calculé : les créances clients TTC d'une période / le chiffre d'affaires TTC de la même période x le nombre de jours de la période.

Calcul du DSO : méthode comptable ou méthode standard

La méthode "Count back" ou "par épuisement du CA"

Dans cette formule, il faut soustraire à l'encours de fin de période le chiffre d'affaires TTC des précédentes périodes jusqu'à épuisement de celui-ci et additionner le nombre de jours ainsi "remontés" de la période analysée.

Pour un suivi mensuel, le calcul du DSO (à fin de mois) peut être exprimé par cette formule : les créances clients TTC - chiffre d'affaires TTC du mois M - chiffre d'affaires TTC du mois M-1... jusqu'à épuisement du solde clients.

affacturage-DSO-methode-count-back.jpg

L’avantage de cette méthode est qu’elle tient compte de la saisonnalité et d’éventuelles fortes variations de chiffre d’affaires. Cependant, elle agrège aussi bien les encours courants que ceux exigibles.

La méthode par épuisement du chiffre d’affaires est la plus cohérente et la plus juste puisque l'indicateur est moins volatile qu'avec la méthode comptable.

Pourquoi est-il important de mesurer et suivre son DSO ?

En moyenne, **le poste clients représente 30% de l’actif du bilan **d’une entreprise. En accélérant l’encaissement des clients, l’entreprise améliore sa trésorerie et peut dégager des ressources financières pour des investissements,...

Lien direct entre DSO et BFR (Besoin en Fonds de Roulement)

Le BFR représente le montant dont l’entreprise a besoin pour financer les décalages entre ses encaissements et ses décaissements (paiement des fournisseurs, des salaires, etc.).

Le BFR est le total du stock disponible, des créances commerciales et les autres créances, moins les dettes (fournisseurs, fiscales et sociales) de l’entreprise. Il ne tient pas compte des emprunts souscrits par cette dernière.

Ainsi, lorsqu’une entreprise a un faible DSO, son BFR diminue. En effet, si elle encaisse rapidement ses clients, son décalage de trésorerie entre ses décaissements et ses encaissements diminue. Son besoin de financement de son cycle d’information est alors moins important, ce qui implique une baisse du BFR. On comprend alors l’importance d’un DSO peu élevé : il réduit le BFR et permet donc d'améliorer la trésorerie de l’entreprise, ainsi que sa capacité d'investissement.

Indispensable suivi du DSO

Pour une entreprise, le suivi mensuel du DSO permet :

  • L’analyse de son risque clients et de sa gestion du credit management
  • La mesure de sa performance et de l’efficacité du recouvrement des factures
  • L’observation de sa bonne gestion de la trésorerie
  • L’évaluation de sa santé financière
  • La réduction des impayés

Comment une entreprise peut-elle optimiser son DSO ?

Le DSO est le résultat de nombreux facteurs qui peuvent être améliorés. Afin d’être optimisé, l’entreprise doit réaliser un travail de fond sur ses processus en termes de délais et moyens de paiement, clauses contractuelles, suivi du risque clients, qualité du recouvrement, intéressement des commerciaux au recouvrement, etc.

Axes d’amélioration du DSO

  • Réduire les délais de paiement accordés aux clients. En tenant compte du fait que la majorité des entreprises règlent leurs créances à leur échéance maximale, en réduisant ce délai, l’entreprise diminue son DSO. Il est également possible d’ajuster le délai par client ou catégorie de clients (TPE et PME, grands comptes, entreprises publiques, etc.).

  • Mettre en place un contrat d’affacturage. Ce levier de financement permet de limiter l’impact d’un DSO important et d’éviter des tensions de trésorerie pour l’entreprise.

    • En utilisant cette solution de financement court terme, l’entreprise reçoit le paiement des factures cédées en maximum 48 heures. Grâce au factoring, le DSO est optimisé puisque le délai de paiement est réduit à 2 jours. L’entreprise n’attend plus jusque 60 jours (en moyenne) pour être payée et elle bénéficie de cash sous 2 jours.
    • En plus du financement immédiat, l’entreprise peut externaliser la gestion de son poste clients (lettrage, relance et recouvrement). Elle confie ainsi la gestion de son poste clients à un prestataire spécialisé et se dégage du temps pour son développement.
    • Dans certains contrats d’affacturage, une assurance-crédit est également mise en place et elle protège l’entreprise contre le risque d’impayés.
  • Mieux gérer le poste clients

    • Réduire le délai de traitement des litiges et du recouvrement amiable

      Dans certains cas, un client peut ne pas vouloir payer car il estime que le matériel ne fonctionne pas ou ne correspond pas à la commande, que la prestation de services n’a pas été complètement ou correctement effectuée, etc. De tels litiges doivent être traités le plus rapidement possible afin de répondre à l’attente du client et d’obtenir le paiement rapidement. Cette partie peut être externalisée au factor lorsqu’un contrat d’affacturage est mis en place.

    • Automatiser le processus de recouvrement

      Un bon processus de recouvrement aide à réduire les retards de paiement et à obtenir le règlement des factures au plus près des dates d’échéance. Si une entreprise met du temps à gérer le recouvrement de ses créances, son DSO est directement impacté et augmente. Si l’entreprise n’a pas les ressources en interne pour gérer le recouvrement, elle peut l’externaliser auprès d’une entreprise spécialisée. Elle peut également confier cette mission à la société d’affacturage dans le cadre d’un contrat d’affacturage.

  • Diversifier les méthodes de paiement. En proposant plusieurs méthodes de paiement, les clients trouvent celle qui leur convient. De plus, certaines permettent un règlement instantané comme les prélèvements SEPA et les VCom. Au contraire, un paiement par chèque prend plus de temps : le client doit émettre le chèque puis l’envoyer. Ensuite, l’entreprise doit l’envoyer à sa banque et attendre qu’il soit crédité.

  • Optimiser la facturation. L’entreprise doit envoyer rapidement ses factures après la réception de la commande ou la prestation. De plus, les conditions de paiement ainsi que son échéance doivent être clairement indiquées pour faciliter le paiement aux clients.

  • Obtenir des acomptes. En obtenant un acompte dès la commande ou la signature du devis, l’entreprise diminue son DSO puisqu’une partie de la créance est déjà payée.

  • Proposer un escompte dans le cas d’un règlement rapide. Pour accélérer le paiement de ses créances, l’entreprise peut proposer un escompte commercial (une réduction) pour un paiement dans un délai court. Par exemple, elle peut offrir une réduction de 5% pour un règlement sous trois jours ouvrables.

Partager :

Ces articles peuvent vous intéresser

Qu’est-ce que l’affacturage ponctuel ?

Qu’est-ce que l’affacturage ponctuel ?

L’affacturage ponctuel (ou affacturage à la demande) est une solution de financement qui permet à l’entreprise de céder à une société d’affacturage qu'une partie de ses créances, de manière non permanente et sans engagement. Ce financement répond aux besoins ponctuels de trésorerie d’entreprise.

Lire la suite
Bénéfices de l’affacturage classique

Bénéfices de l’affacturage classique

L’affacturage classique, appelé aussi full factoring en anglais, est un mode de financement qui apporte les trois services principaux de l’affacturage : le financement rapide, la gestion du poste client et la garantie des créances.

Lire la suite
Loi de Modernisation de l’Économie (LME) et délais de paiement

Loi de Modernisation de l’Économie (LME) et délais de paiement

Depuis le 1er janvier 2009, la loi LME ou Loi de Modernisation de l’Économie (Loi n° 2008- 776 du 4 août 2008) a pour objectif de dynamiser l’économie française. Elle vise à simplifier le fonctionnement et la gestion des petites et moyennes entreprises (PME). L’une de ses mesures clés est la réduction des délais de paiement et de crédits entre entreprises françaises.

Lire la suite
Ce site utilise des cookies à des fins statistiques